Décès de Jacques Côté

Décès de Jacques Côté
Mordu du théâtre pour la vie

Emilie Deschênes
Timmins


La troupe de théâtre communautaire francophone Les maringouins du Nord a perdu un de ses cofondateurs. Jacques Côté s’est éteint le vendredi 19 aout à l’âge de 68 ans.

Bien connu au sein de la communauté francophone de Timmins, M. Côté aimait rire et faire rire. Les Productions Theatrix ont été pour lui un tremplin vers le monde du théâtre en 1987. «La première pièce dont il a fait partie s’intitulait Well Here We Are», indique le directeur artistique de la troupe Les maringouins du Nord, Réjean Tellier. «Il est entré dans la troupe à la dernière minute avant la présentation de la pièce parce qu’on avait besoin de quelqu’un pour meubler du temps. Un comédien avait un changement de costume assez rapide à faire, donc ce qu’on a fait c’est qu’on a demandé à Jacques de faire un genre de stand-up. Il s’est donc déguisé en vieil homme et il l’a fait. Ça a tellement bien fonctionné que tous les soirs, il en ajoutait. Et là, le metteur en scène lui a dit : “ok c’est assez, Jacques”. La pièce était déjà longue, on a dit que si ça avait continué, la pièce aurait duré quatre heures», raconte M. Tellier en souriant.

Jacques Côté a rapidement gagné le cœur des spectateurs. Les gens en voulaient plus. «Il a toujours été une de nos grandes têtes d’affiche. Quand les gens voyaient son nom ou sa photo sur l’affiche, ils se déplaçaient et achetaient des billets automatiquement», poursuit M. Tellier. «On a donc fait une première pièce française avec les Productions Theatrix, intitulée Nostalgie. Jacques avait un des rôles principaux. Depuis ce temps-là, il était mordu.»

En tant qu’auteur et metteur en scène, M. Tellier n’hésite pas à dire que Jacques savait livrer le script comme il devait être livré, d’autant plus qu’il avait une relation extraordinaire avec le public. «Il jouait avec le public. Il était l’un des préférés», dit-il.

Quelques années après la dissolution des Productions Theatrix, M. Côté, son épouse Fleurette, Robert Ferguson et son épouse Pauline ont décidé de faire renaitre le théâtre francophone à Timmins. Ces derniers éprouvaient un grand désir à réanimer cette passion.

La troupe Les maringouins du Nord vit le jour en 2002. La première pièce a été présentée en janvier 2003. La comédie La Retraite en cachette marquait le début d’une toute nouvelle aventure. «Ils sont venus me chercher pour écrire les pièces et je suis devenu directeur artistique. Vingt pièces plus tard, on est encore là», ajoute M. Tellier.

Généreux et réceptif sur scène, Jacques a non seulement construit et entretenu une belle relation avec son public, mais il a tissé des amitiés avec d’autres comédiens et membres de l’équipe de production qui partageaient la même passion que lui.

«Les gens parlent et se souviennent de ses rôles comiques, mais Jacques se démarquait aussi dans la dramatique. Il a joué dans trois pièces dramatiques pour les Maringouins et chaque fois, il a excellé. Il a incarné des personnages dans les pièces Aurore, Promesse d’Ivrogne et Un cadeau du ciel, trois rôles qui ont été très différents pour lui, mais qu’il a très bien réussis. Il disait qu’il aimait faire de la dramatique parce qu’il faut aller plus loin du côté des émotions et c’est un défi encore plus grand», souligne M. Tellier.

En plus d’être comédien, Jacques était entre autres vice-président du comité exécutif de la troupe en plus d’assurer la direction de la construction des décors.

«Jacques était aussi un peu comme le cheerleader du groupe, parce que, surtout quand il arrivait de nouveaux membres, il était très bon pour les accueillir, les mettre à l’aise. En tant que comédien, il les appuyait, il les soutenait. Il faisait rire autant les nouveaux que les anciens. Je l’appelle l’âme du groupe.»

Époux de Fleurette depuis 47 ans, le couple s’investissait à fond dans la troupe, sans oublier l’engagement de deux autres générations. «Fleurette était avec nous à l’époque des Productions Theatrix, mais son rôle a pris de l’ampleur au sein des Maringouins. Dès la première pièce, elle était notre régisseuse. Autant Jacques pouvait être dévoué au jeu sur la scène, autant Fleurette est dévouée dans ses fonctions de régisseuse», rappelle M. Tellier.

En l’honneur de Jacques Côté, la troupe poursuivra ses activités. Quelques détails restent encore à confirmer, mais la prochaine pièce des Maringouins du Nord devrait être présentée à la fin avril ou au début mai.

«Continuer sans Jacques, ça va être difficile. Jacques, de son nuage, continuera à veiller et à guider les Maringouins», conclut M. Tellier.

 

BDV


Article republié avec permission: Le Voyageur et lavoixdunord.ca

 

 

Jacques Côté good one.jpg

Pauline et Robert Ferguson, Jacques et Fleurette Côté

Photo : maringouinsdunord.org

 

 

 

 

 

 

1 thought on “Décès de Jacques Côté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *